CIM 10 - Classification internationale des maladies de la 10e révision

Troubles somatoformes (F45)

La caractéristique principale est la présentation répétée de symptômes somatiques simultanément avec les exigences insistantes des examens médicaux, malgré des résultats négatifs répétés et l'assurance des médecins que les symptômes ne sont pas de nature somatique. Si le patient a des maladies physiques, ils n'expliquent pas la nature et la gravité des symptômes ou des souffrances ou des plaintes du patient. Exclus: troubles dissociatifs ( F44.- ) cheveux tirant ( F98.4 ) forme de la parole chez les enfants [babillage] ( F80.0 ) suceurs ( F80.8 ) ongle mordant ( F98.8 ) facteurs psychologiques et comportementaux associés aux troubles ou maladies , classé ailleurs ( F54 ) Dysfonctionnement sexuel non causé par des troubles ou des maladies organiques ( F52.- ) Sucer le pouce ( F98.8 ) tics (enfance et adolescence) ( F95.- ) Syndrome de la Tourette ( F95.2) ) de trichotillomannie ( F63.3 )

F45.0 Trouble somatique

Les principales caractéristiques sont de nombreux symptômes physiques qui se répètent et qui changent souvent pendant au moins deux ans. La plupart des patients ont une longue et complexe histoire de contacts avec les services médicaux primaires et spécialisés, au cours de laquelle de nombreuses études inefficaces et des manipulations diagnostiques stériles ont pu être effectuées. La symptomatologie peut se référer à n'importe quelle partie du corps ou du système d'organes. L'évolution de la maladie est chronique et instable et est souvent associée à une violation du comportement social, interpersonnel et familial. Des exemples de symptômes de courte durée (moins de deux ans) et moins prononcés doivent être classés comme trouble somatoforme indifférencié ( F45.1 ). Troubles psychosomatiques multiples Exclus: simulation [simulation consciente] ( Z76.5 )

F45.1 Trouble somatoforme indifférencié

Le diagnostic de trouble somatoforme indifférencié doit être posé lorsque les plaintes du patient sont nombreuses, variables et stables, mais ne satisfont pas le tableau clinique complet et typique du trouble somatisé. Trouble psychosomatique indifférencié

F45.2 Trouble hypocondriaque

La caractéristique la plus importante est la préoccupation persistante du patient concernant la possibilité d'une maladie grave et évolutive ou de plusieurs maladies. Le patient présente des plaintes somatiques soutenues ou montre une préoccupation soutenue au sujet de leur occurrence. Les sensations et symptômes normaux et ordinaires sont souvent perçus par le patient comme anormaux, harcelants; il concentre habituellement son attention seulement sur un ou deux organes ou systèmes du corps. Il y a souvent une dépression sévère et de l'anxiété, ce qui peut expliquer d'autres diagnostics. Anxiété exprimée par souci de sa propre santé Dysmorphophobie (non élevée) Névrose hypocondriaque Hypochondrie Nosophobie Exclusion: dysmorphophobie délirante ( F22.8 ) délires fixés sur le fonctionnement ou l'apparence de son propre corps ( F22.- )

F45.3 Dysfonctionnement somatoforme du système nerveux autonome

La symptomatologie présentée par le patient est similaire à celle qui apparaît lorsque l'organe ou le système d'organe est endommagé, de manière prédominante ou complètement innervée et contrôlée par le système nerveux autonome, c'est-à-dire. systèmes cardiovasculaire, gastro-intestinal, respiratoire et génito-urinaire. Les symptômes sont généralement de deux types, dont aucun n'indique une violation d'un organe ou d'un système particulier. Le premier type de symptômes sont des plaintes basées sur des signes objectifs d'irritation végétative, tels que des palpitations, des sueurs, des rougeurs, des tremblements et une expression de peur et d'anxiété au sujet d'un trouble de santé possible. Le deuxième type de symptômes sont des plaintes subjectives de nature non spécifique ou variable, comme une douleur fugace dans tout le corps, une sensation de chaleur, de lourdeur, de fatigue ou de ballonnement que le patient corrèle avec un organe ou un système organique. Névrose cardinale Syndrome da Costa Névrose gastrique Asthénie neurocirculatoire Formes psychogènes:. l'aérophagie. toux. diarrhée. dyspepsie. dysurie. flatulence. hoquet. respiration profonde et fréquente. miction rapide. syndrome du côlon irritable. pilorospazma Exclus: facteurs psychologiques et comportementaux associés à des troubles ou des maladies classés ailleurs ( F54 )

F45.4 Trouble de la douleur somatoforme persistante

La plainte principale est une douleur douloureuse soutenue et aiguë qui ne peut être complètement expliquée par un trouble physiologique ou une maladie physique et qui résulte de conflits émotionnels ou de problèmes psychosociaux, ce qui nous permet de les considérer comme la cause étiologique principale. Le résultat est généralement une augmentation marquée du soutien et de l'attention de nature personnelle ou médicale. La douleur de nature psychogène qui survient au cours d'un trouble dépressif ou d'une schizophrénie ne peut être référée à cette rubrique. Psychogénie Psychogène:. douleur dans le dos. maux de tête Somatoform douleur trouble Exclus: maux de dos NOS ( M54.9 ) douleur :. EDR ( R52.9 ). aiguë ( R52.0 ). chronique ( R52.2 ). type de mal de tête sévère ( R52.1 ) indémontable ( G44.2 )

F45.8 Autres troubles somatoformes

Tout autre trouble de sensibilité, de fonction ou de comportement qui ne résulte pas de troubles somatiques. Les troubles qui ne sont pas médiés par le système nerveux autonome sont limités à certains systèmes ou parties du corps et ont un lien temporaire étroit avec des événements ou des problèmes traumatiques. Psychogène (s) :. dysménorrhée. Dysphagie, y compris le "globus hystericus" (globus hystericus). démangeaisons. Grattage des dents

F45.9 Trouble somatoforme, sans précision

Trouble psychosomatique SAI

Rechercher dans MKB-10

Recherche par texte:

Recherche par code ICD 10:

Recherche alphabétique

En Russie, la Classification internationale des maladies de la 10e révision ( CIM-10 ) a été adoptée comme un document normatif unique pour prendre en compte l'incidence, les raisons pour lesquelles la population doit traiter les installations médicales de tous les départements, les causes de décès.

La CIM-10 a été introduite dans la pratique des soins de santé tout au long de la RF en 1999 par l'ordre du Ministère de la Santé de la Russie du 27.05.97. №170

La publication de la nouvelle révision ( CIM-11 ) est prévue en 2017.